Symposium international International REGARDING SUSPENDED ARCHITECTURE IN LEBANON

10-04-2013 par lyriane

Une proposition du collectif Suspended spaces REGARDING SUSPENDED ARCHITECTURE IN LEBANON

Symposium Beyrouth 18 – 21 avril 2013

télécharger le programme (3,6Mo).pdf

PROGRAMME JEUDI 18 AVRIL

Ashkal Alwan

« Introductions »

10h30 (anglais / français)

Ouverture du symposium Christine Tohme, fondatrice et directrice d’Ashkal Alwan, The Lebanese Association for Plastic Arts à Beyrouth, et directrice de l’école Home Workspace Program et Françoise Parfait, membre du collectif Suspended spaces.

Présentation du projet Mansion par Sandra Iché et Ghassan Maasri.

10h45 (anglais / français)

Présentation du collectif Suspended spaces

Le collectif, composé de Brent Klinkum, Jan Kopp, Daniel Lê, Françoise Parfait et Eric Valette reviendra sur la méthode de travail du projet Suspended spaces depuis six ans, en rappelant rapidement son histoire et en dessinant quelques perspectives.

11h30 (français)

« La Foire Internationale Rachid Karamé.

Un site menacé par des projets de revitalisation. » Mousbah Rajab

La guerre civile de 15 ans (1975-1990), a contribué à la paralysie de la Foire internationale de Tripoli, mais surtout à enraciner chez la population l’idée d’un espace vide ne leur appartenant pas. À partir du début des années 1990, plusieurs projets seront proposés pour la revitalisation de la Foire, suscitant à chaque fois une mobilisation d’activistes et d’associations de sauvegarde afin de protéger l’oeuvre de l’architecte Oscar Niemeyer de toutes possibilités de défigurations. Cette situation soulève aujourd’hui une grande question : quel projet approprié peut-il à la fois protéger ce patrimoine moderne, contribuer à la croissance économique de Tripoli et pousser les tripolitains à s’approprier le site ?

« Représentations »

14h00 (français)

« La Foire dans l’urbanisme de Tripoli » Habib Debs

14h45 (français)

« Beyrouth centre ville – à partir de Robert Frank et de Gabriele Basilico » Claudia Polledri

En 1991, deux ans après la fin de la guerre civile libanaise, la « mission photographique de Beyrouth » propose à Gabriele Basilico, René Burri, Raymond Depardon, Fouad Elkoury, Robert Frank et Josef Koudelka de venir enregistrer la mémoire du centre ville en ruine. Cette communication propose un parcours autour des différentes approches photographiques de la ville de R. Frank et G. Basilico, entre écriture intime et regard formel.

15h30 (français)

« Partners in crime. De la complicité entre photographie et espace urbain chez les surréalistes et certains artistes libanais d’après-guerre. » Stefanie Baumann

Le voisinage intime entre la ville et le médium photographique a déjà été révélé par Walter Benjamin. Concernant les photographies d’Eugène Atget – qui ont à plusieurs reprises été associées aux surréalistes – il écrit : « On a dit à juste titre qu’il avait photographié ces rues comme on photographie le lieu d’un crime. Le lieu du crime est lui aussi désert. Le cliché qu’on en prend a pour but de relever des indices. Chez Atget les photographies commencent à devenir des pièces à conviction pour le procès de l’histoire. » Chez certains artistes libanais comme Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, ou Walid Raad, la photographie devient complice dans l’enquête sur les implications politiques des transformations urbaines. Ils présentent Beyrouth, à travers l’objectif de l’appareil photographique, comme un amas de fragments chargés de temporalités, d’affects conflictuels et de sens hétérogènes. La perception morcelée de la ville et sa capture par des clichés fragmentés s’allient afin d’ouvrir une voie au regard politique.

16h15-16h45

Pause café

16h45 (français)

« Limites » Youssef Tohmé

Peut-on parler d’un héritage moderniste au Liban ? Youssef Tohmé donnera son point de vue sur cette question en évoquant quelques-uns de ses projets.

17h30 (anglais et français)

Table ronde avec les artistes du projet : « L’art comme recherche »

Modérateurs : Jan Kopp et Eric Valette

Artistes : Ziad Antar, Leonor Antunes, Marwa Arsanios, Christian Barani, François Bellenger, Filip Berte, Marcel Dinahet, Maïder Fortuné, Hatem Imam, Lamia Joreige, Valérie Jouve, Lia Lapithi, Daniel Lê, Armin Linke, Christophe Viart.

À partir des recherches personnelles de chacun, nous interrogerons la capacité de l’art à développer une forme de connaissance. Comment une pratique artistique individuelle peut-elle s’articuler à un projet collectif de recherche ? Quel sens, quels engagements, quelles formes une telle démarche collective détermine-t-elle ?

VENDREDI 19 AVRIL

Ashkal Alwan

« Espaces du retrait »

10 h 30 (français)

« Zones d’écart : la suspension d’espaces incertains » Marion Hohlfeldt

Dans un texte sur New Babylone de Constant, Peter Sloterdijk souligne l’aspect mouvant et provisoire de l’a-urbanisme de ce projet utopique. Remplacer les anciens cadastres par une réécriture « psychogéographique » de l’espace semble, pour un regard extérieur, décrire l’urbanité même de la ville de Beyrouth. Il s’agira dans cette communication de réfléchir sur l’avenir de tels espaces improvisés se trouvant dans « une mouvance en permanence non-planifiée et générée par le hasard », la géopolitique ou l’économie.

11h15

Projection du film Alpi (2011 / 64 min / stfr), d’Armin Linke

Fruit d’un long travail de recherche, ce film est un voyage dans un monde aux teintes discordantes. Son paysage prend successivement la forme d’un décor de film Bollywood, d’un modèle de station de ski construite dans le désert, d’un lieu de repos ou d’un lieu de rencontre de l’élite de la finance… Armin Linke a créé un kaléidoscope de visions, un prisme qui est un paradigme de notre temps.

12h15 (anglais et français)

Discussion croisée entre Brent Klinkum et Françoise Parfait.

« Territoires traversés, territoires représentés »

15h00 (français)

Projection de Home Movies Gaza, (2012 / 23 min / stang) de Basma Alsharif

À travers la tentative de décrire le quotidien des gens vivant difficilement dans le respect de leurs propres droits les plus basiques, Home Movies Gaza nous fait pénétrer dans la bande de Gaza comme dans un microcosme en perte de civilisation, essayant de mettre au jour la vie domestique – complexe, en déréliction et indémêlable des réalités politiques.

« Suspended spaces et cartographie, des lacunes dans les territoires… » Denis Briand

La communication s’intéressera à la cartographie en tant qu’elle constitue une représentation du territoire, mais également sa probable gestion ou sa convoitise. Nous verrons comment certaines pratiques artistiques peuvent aborder les « zones blanches » des cartes, ces vides qui semblent échapper au regard des géographes mais qui recouvrent pourtant des lieux bien « réels ». À cet intérêt pourra répondre celui pour les « zones noires », celles qui font l’objet de toutes les attentions, concentrant tensions et irritations du monde, mais que surmédiatisation et saturation d’informations finissent par rendre totalement opaques.

16h15-16h45

Pause café

16h45 (français)

Projection de Traversée (2012 / 18 min / stfr) de Valérie Jouve

« La traversée du territoire est dictée par un trio décalé et improbable, d’une enfant, d’un marionnettiste et de sa marionnette, son double mal identifié (comme élément vecteur de liens). Leur relation est tendre, mais tapageuse. Ces deux personnages ne sont pas les protagonistes du film, mais bien plus les passeurs de ce territoire. Ils remettent en jeu la relation humaine, extraite de la simple lecture du conflit, pour redonner une autre réalité de la vie là-bas. » Valérie Jouve.

  1. Discussion entre Valérie Jouve. et Denis Briand

17h45 (anglais)

« Liminal »

Hatem Imam et Ziad Antar vont évoquer leurs obsessions pour des espaces au « seuil de leur existence ». Traversant diverses formes et médias, leurs oeuvres s’appuient invariablement sur la tension constatée entre le territoire et sa représentation.

SAMEDI 20 AVRIL

Beirut Art Center

10 h 00 Session fermée

Discussion et concertation avec les artistes et les partenaires, et mise en perspective des futurs projets.

« Modernes »

13h30

Projections autour d’Oscar Niemeyer.

Anarchitekton – Brasilia de Jordi Colomer (2002-2004 / 3 min 45) ; extraits de Oscar Niemeyer, un architecte dans le siècle de Marc-Henri Wajnberg (2000 / 86 min) et L’Homme de Rio de Philippe de Broca (1964 / 110 min) et quelques surprises.

14h45 (français)

« Oscar Niemeyer, une inscription dans la modernité brésilienne » Cécile Bourgade

L’oeuvre d’Oscar Niemeyer s’inscrit, au Brésil, dans le contexte artistique et politique de l’anthropophagie culturelle. Comment interroge t-elle, à ce titre, l’identité culturelle du pays et l’ensemble du Mouvement Moderne architectural ?

16h15-16h45

Pause café

15h30 (français)

« La Foire internationale de Tripoli d’Oscar Niemeyer, patrimoine libanais » George Arbid

16h45 (français)

« Le Corbusier : un Suisse dans le désert » Kader Attia

17h30 (français et anglais)

« Le gymnase de Le Corbusier à Bagdad, une histoire en suspens(e) depuis 1956 » Mina Marefat et Caecilia Pieri

D’une cité olympique commandée par l’Irak à Le Corbusier en 1956, seuls ont d’abord vu le jour des milliers de dessins, esquisses, plans et correspondances, fixant le travail de l’architecte dans le moindre détail. Abandonné quelques mois avant la mort du maître en 1965, le gymnase – « boîte à miracles » sera finalement achevé entre 1978 et 1980. Devenu le « Gymnase Saddam », il est occupé par les Américains de 2003 à 2005. Mais son destin est de nouveau en train de s’écrire.

DIMANCHE 21 AVRIL

Mansion

Session fermée

10h30 (français) « Édition / publication »

Table ronde avec les artistes du projet, pour inventer la forme de la publication qui suivra le symposium et la résidence.

Foire Internationale de Tripoli. Session fermée.

13h30 (français)

Départ collectif à Tripoli sur le site d’Oscar Niemeyer.

Discussion déambulatrice avec George Arbid, Habib Debs et Mousbah Rajab.

Print Friendly
Print Friendly

Du même auteur :

Suspended spaces # 4 – Le partage des oublis

23 mai 2017

en cours : Suspended spaces # 4 – Le partage des oublis Éditions Sistema Solar, Lisbonne Sortie prévue novembre 2017. Biling

Lire la suite +

Exposition Refaire Surface – Suspended spaces

22 mai 2017

Pour sa der­nière expo­si­tion aux Moulins Albigeois, le col­lec­tif Suspended spaces ima­gine une vaste expo­si­tion visuelle basée sur ...

Lire la suite +

Suspended spaces n°3 – Inachever la modernité / ouvrage collectif

22 mai 2017

Le collectif Suspended spaces a réalisé, depuis deux années, un travail à partir du bâtiment de la Foire ...

Lire la suite +

Suspended spaces # 2 – Une expérience collective

21 mai 2017

Projet organique, arborescent et évolutif, Suspended spaces a comme méthode le déplacement. Pour le collectif d’artistes et de ...

Lire la suite +

Colloque international Nostalgies du futur ? Histoires et héritages croisés des modernités

22 avril 2017

Colloque international, 28-29 avril 2016 Faculté des Beaux-Arts de Lisbonne Nostalgies du futur ? Histoires et héritages croisés des ...

Lire la suite +