présentation

  • 1- INTRODUCTION

L’Équipe « Sémiotique des Arts et du Design » regroupe les chercheurs en arts et design concernés par la question de la signification. Les recherches sont à la fois théorique et appliquées notamment en R&D.

Toutes les recherches transdisciplinaires dans les domaines des design studies et des visual studies sont concernées par cette équipe de recherche.

  •  2- BREF HISTORIQUE

Cette équipe est l’aboutissement d’une histoire scientifique et institutionnelle qui a débuté en 1960 avec la création de l’Institut d’esthétique par Étienne Souriau.

  • En 1993, le sémioticien Dominique Chateau a créé le Centre de Recherche sur l’Image (CRI), qui a fusionné en 2002 avec la Jeune Équipe du Centre de Recherche Images, Cultures et Cognitions (CRICC) créée par Bernard Darras.
  • En 2006, le CRICC a été intégré comme composante du Laboratoire d’Esthétique Théorique et Appliquée (LETA) dirigé par Marc Jimenez.
  • En 2012 le CRICC a intégré l’Institut ACTE UMR 8218 co-fondé par Richard Conte et Bernard Darras en se divisant en deux équipes : l’équipe Étude de la culture dirigée par Christophe Genin et l’équipe Sémiotique des arts et du Design.

Cette équipe de recherche constitue un pôle de Recherche et Développement avec le Master Professionnel Multimédia Interactif qui lui est adossé (Pôle R & D Multimédia-Sorbonne) : http://www.multimedia-sorbonne.com

Depuis l’année 2014, l’équipe « Sémiotique des Arts et du Design » héberge également PROJEKT, groupe d’études et de recherches par le design de l’Université de Nîmes : http://projekt.unimes.fr, dont le programme de recherche constitue la 4ème ligne de recherche de l’équipe.

  • 3- PROGRAMMES DE RECHERCHE DE L’ÉQUIPE

L’équipe de Recherche « Sémiotique des arts et du design » gère trois lignes de recherche :

  • Sémiotique des images et de la culture visuelle, 
  • Sémiotique du design produit, 
  • Sémiotique du design multimédia interactif (Pôle R & D Multimédia-Sorbonne)
  • Innovation sociale par le design (groupe PROJEKT de l’Université de Nîmes)

3-1- SÉMIOTIQUE DES IMAGES ET DE LA CULTURE VISUELLE

 Chercheur responsable : Bernard Darras

Chercheurs associés : Dannyelle Valente, Eva Rolim Miranda, Maria-Lucia Batezat Duarte, Solange Coutinho, Carla Spinillo,

Cette recherche est à la fois fondamentale et appliquée. Elle constitue depuis l‘origine l’une des grandes lignes de base de cette équipe de recherche et a pour objet d’étude les expériences de création et de réception de schémas visuels et haptiques par des enfants et des adultes non experts. Cette recherche de sémiotique pragmatique et cognitive a été initialement développée par Bernard Darras et a donné lieu à de nombreuses publications depuis près de vingt ans.

Elle est actuellement testée dans deux programmes spécifiques.

  • La première concerne la communication par les images tactiles des personnes non voyantes et bénéficie d’une subvention ANR pour une partie de son programme,
  • la seconde concerne le design d’information et la représentation du temps dans les schémas, elle est intégrée à deux conventions de recherche avec des universités brésiliennes.

 3-1-1- Étude de la communication haptique

 ANR, Programme Enfants et Enfance, Des images au bout des doigts : l’enfant aveugle, la famille, l’école, et les livres tactiles illustrés. Durée 36 mois. Début, janvier 2010.

En plus de l’équipe de sémiotique, ce projet rassemble deux équipes de psychologie (LEAD, Université de Dijon et LPNC, Université Mendès France de Grenoble), une équipe de sciences de l’éducation (CREAD, Université de Rennes 2)

Les recherches portant sur l’enfant aveugle sont rares, celles qui portent sur sa relation au livre tactile illustré le sont encore plus, en partie à cause de l’usage peu répandu, des coûts élevés et des difficultés de fabrication, mais surtout d’un manque de connaissances scientifiques. Cette recherche qui est conduite en relation avec un éditeur spécialisé est concentrée sur la compréhension et l’optimisation des schémas tactiles et visuels. À partir d’approches pragmatiques, elle traite les questions suivantes : comment, dans leur contexte perceptif, les enfants aveugles interprètent-ils les dessins schématiques issus du monde des voyants ? Leur expérience perceptive particulière peut-elle contribuer à moduler la production de ces schémas et contribuer à la production de schémas compatibles avec les différents modes d’accès au monde physique, qu’il soit tactile ou visuel ? Comment les voyants et non-voyants partagent-ils leurs expériences du monde à partir de dessins tactiles ? Quels sont les attributs des objets qui doivent être pris en considération par les designers voyants lors du dessin d’iconotypes tactiles destinés aux aveugles ?

Cette recherche a déjà donné lieu à :

  • Une thèse de doctorat soutenue en juin 2012 par Dannyelle Valente.
  • La création de la Revue Internationale Haptique : Terra Haptica.

En préparation :

  • Le numéro 36 de la revue MEI intitulé Handicap et communication sortie en 2013
  • En partenariat, création du Centre Amandine Centre international de recherche « cécité, image haptique et communication » dont le but est la conception/évaluation/production d’ouvrages comportant des représentations tactiles adaptées aux modalités sensorielles et à la réalité perceptive des publics déficients visuels : illustrations d’albums, images documentaires, signalétique, adaptations d’œuvres d’art, œuvres de création.

3-1-2 Étude du design d’information

L’étude de la séquence de production des attributs graphiques des schémas a été proposée par Solange Coutinho à partir de ses recherches conduites à l’Université de Reading UK. Deux études comparatives complémentaires ont été conduites au Brésil et en France afin de tester les modèles théoriques de la schématisation proposés par B. Darras et S. Coutinho et de proposer une modélisation de la gestion des propriétés figuratives des résumés cognitifs tels qu’ils sont décrits par la psychologie cognitive (e.g. Rosch). Ces applications sont nombreuses dans les domaines du design de l’information et de l’éducation. Cette recherche se concrétise actuellement sous forme de la thèse d’Eva Rolim Miranda dont la soutenance est prévue pour fin 2012. Cette recherche sera développée dans la continuité de 2013 à 2019.

3-1-3- Analyse d’image et éducation à l’image

Le pôle de Recherche & Développement Multimédia Sorbonne qui associe l’équipe de sémiotique des arts et du design, l’équipe Études de la culture et le Master Professionnel Multimédia Interactif a créé, gère et continue de créer des sites web dans le domaine de l’éducation à la culture visuelle. Il s’est imposé comme un leader dans le secteur. Ces sites donnent lieu à des publications électroniques en ligne réalisées par la communauté des sémioticiens des arts et du design graphique que fédérait le CRICC. (Voir liste des chercheurs)

L’équipe de sémiotique des arts et du design hérite notamment de la réputation du CRICC dans le domaine de l’éducation à l’image

  • Créé en 1999, Le Mucri < http : mucri.univ-paris1.fr > est une collection numérique de tableaux accompagnés de textes courts. Sous la direction de C. Genin.
  •  Créé en 2003, le projet ImagesAnalyses comprend un site web de référence < http : imagesanalyses.univ-paris1.fr > et une collection de livres édités par les Publications de la Sorbonne. Le site et la collection de livres présentent des analyses d’images et les méthodes mises en œuvre pour analyser ces images. Le site et ses contenus sont régulièrement améliorés.
  • Créé en 2008, le site < luquet-archives.univ-paris1.fr > donne accès à l’œuvre numérisée du philosophe et psychologue du dessin de l’enfant.
  • Créée en 2010, la plateforme Atelier du Regardeur est un site d’éducation à l’image réalisé avec le Musée Français de la Photographie. Elle bénéficie d’une subvention du Conseil Général de l’Essonne. Ce dispositif qui est reconduit d’année en année est partenaire du projet de formation à l’éducation à l’image.
  • Créée en 2010, La plateforme multimédia Images Éducation http://www.images-education.com est destinée à fournir aux enseignants et élèves de collège des dispositifs interactifs de formation à la culture visuelle. Ce site est le premier pas d’un programme de formation en ligne en ce domaine.

3-2- SÉMIOTIQUE DU DESIGN PRODUIT

Chercheur responsable : Bernard Darras

Chercheurs associés : Sarah Belkhamsa, Jung A Hue, Brigitte Borja de Mozota, Hayla Meddeb, Sophie Fetro.

Parsons School of arts and design, ESSTED. Collection de design JB HEBEY. Doctorante sous contrat, associée Salma Zouaghi

Étude sémiotique et systémique des produits du design

Cette recherche s’inscrit dans le domaine des études en design (Design Studies), elle prolonge un ensemble de recherches développées en collaboration par Bernard Darras et Sarah Belkhamsa. Cette étude est développée en relation avec le programme de recherche imagination & technology de l’université Yonsei de Séoul avec le Professeur Jung-A Huh.

Ce programme de recherche est à la fois théorique et fondamental en sémiotique et systémique appliquée au design (étude externaliste de l’affordance, de la factitivité et de l’enaction, mais aussi de la créativité de l’agir et de la Théorie de l’esprit) et appliqué au développement d’outil d’expertise et d’audit en production design et en marketing.

Les axes de recherches concernent l’étude du cycle des habitudes d’action et changements d’habitude (au sens de C. S. Peirce) dans la relation Designers – Diffusion- Produits-Usagers

Cette recherche fondamentale et appliquée sera développée dans la continuité de 2011 à 2012 et se prolongera au-delà notamment avec des études sur le mobilier.

  • Des applications de la modélisation sont mises en œuvre dans le cadre de l’audit d’interfaces multimédias.
  •  Des partenariats sont engagés avec l’ESSTED de Tunis, l’Université Yonsei de Séoul, la Parsons school of arts and design et la collection de Design J.B. Hebey,
  • Projet ANR avec l’université de Bordeaux « Sémiotiques, Design, Projet »   Ce projet de recherche concerne l’univers du design, lequel se conçoit de plus en plus comme un surdesign, un design prenant de la hauteur, qui s’attache à redessiner, non seulement la relation sujet/objet, mais aussi la maison, la ville et toutes les configurations sociales. Cette approche déjà prônée par Moholy-Nagy rencontre aujourd’hui un large écho dans le monde du design où la participation de plus en plus massive du numérique semble aller de pair avec une déspécialisation, une tendance à globaliser les spécialités héritées de la tradition des arts appliquées. Le design ne concerne plus le design d’objets, d’espace ou la communication visuelle mais s’attache à réadapter les villes et les rapports sociaux. Dans ce contexte revisité, le designer qui collaborait traditionnellement avec l’ingénieur rencontre désormais l’urbaniste, le sociologue ou l’économiste. Si elle était déjà requise, la participation du sémioticien devient encore plus essentielle. Celui-ci est sollicité, non seulement pour expertiser la demande de remédiation, mais aussi pour assurer d’autres fonctions. Dans cette logique de projet qui associe des partenaires de disciplines différentes, son apport se situe à tous les niveaux du circuit de la culture

3-3- SÉMIOTIQUE DU DESIGN MULTIMÉDIA INTERACTIF Pôle R & D Multimédia-Sorbonne

Chercheur responsable : Bernard Darras

Dans tous les domaines du design et de l’architecture d’information, du design graphique, du web design, du design d’expérience interactive et du game design, les chercheurs en sémiotique du multimédia sont notamment concentrés sur l’impact les processus de création auctoriale sur les processus de réception et d’utilisabilité. Grâce au pôle de R & D Multimédia-Sorbonne, ils expérimentent et comparent les avantages et désavantages respectifs du design auteur, du design partagé (codesign) et du design participatif. En ce domaine, l’articulation permanente entre recherche et développement contribue à l’émergence de nombreuses problématiques liées autant à la création et à l’innovation industrielles qu’aux processus de conceptualisation des processus de conception et de production.

De même, les approches sémiotiques du design d’interface, du processus de communication des artefacts du design ou de la sémiotique du design permettent d’aborder les questions de l’articulation entre la création et la réception dans le circuit de la culture. Les approches esthétiques et culturalistes permettent notamment d’interroger les relations complexes entre art et design qui se tissent autour de la créativité, de l’innovation et des avant-gardes dans la classe créative.

 Publications en cours

  • Collection # 5 (2013). Scaling up the design process
  • B. Darras et A. Findeli (Dir.) Praxéologie du design. Publication Universitaire de la Manouba, Tunis.

3-4- INNOVATION SOCIALE PAR LE DESIGN (GROUPE PROJEKT)

Chercheur responsable : Stéphane Vial

Chercheurs associés : Marie-Julie Catoir-Brisson, Michela Deni, Alain Findeli, Stéphane Vial, Thomas Watkin.

L’Université de Nîmes a pour ambition de créer une équipe d’accueil de recherche en design. Dans ce but, elle a créé en 2014 au sein de l’Institut ACTE UMR 8218 de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, dans l’équipe « Sémiotique des Arts et du Design », un groupe d’études et de recherches par le design intitulé PROJEKT.

PROJEKT réunit des chercheurs spécialisés dans l’innovation sociale par le design qui privilégient l’approche dite de « recherche-projet », à savoir une conduite de projets de recherche s’appuyant sur des projets de design (design de services, design social) réalisés avec des partenaires socio-économiques (entreprises du secteur privé ou social, collectivités territoriales, administrations publiques et institutions).

Les chercheurs du groupe PROJEKT dirigent et animent :

Rendez-vous sur : http://projekt.unimes.fr

  • 4- AXES TRANSVERSAUX DE RECHERCHE DE L’ÉQUIPE

  • 4-1- L’équipe Sémiotique des arts et dus design participe activement au projet transversal de WikiCreation présenté dans le dossier de l’UMR
  • 4-2- L’équipe sémiotique des arts et du design participe au projet des Ateliers de réflexion prospective (arp) Nouveaux défis pour le patrimoine culturel. Les interférences croissantes de la patrimonialisation avec les flux de la mondialisation, la montée en puissance de l’incertitude liée au phénomène de complexité ainsi que d’autres processus sociaux (développement, territorialisation, métropolisation, conflits, etc.) font du patrimoine non plus un secteur aux contours bien délimités, mais une transversalité qui concerne tous les champs de l’activité sociale. Dans ce nouveau contexte, le point de départ des réflexions de l’ARP, organisé autour d’un consortium pluridisciplinaire, consistera à considérer l’accroissement des objets patrimonialisés et l’accélération de la patrimonialisation comme des indicateurs d’un changement de régime de patrimonialité, caractérisé par de nouveaux producteurs de patrimoine, de nouvelles valeurs, de nouvelles fonctions, de nouveaux besoins et de nouvelles échelles patrimoniales. Structuré autour de 5 ateliers thématiques prospectifs révélateurs des principaux défis auxquels le patrimoine culturel est soumis, les travaux, par le biais d’une approche dynamique et systémiques, nous conduiront à analyser la reconfiguration en cours de la place du patrimoine dans le champ social, économique et culturel et ses problématiques et défis sous-jacents. Par l’intermédiaire de scénarii, ils nous permettront de dessiner les contours exploratoires de nouvelles approches théoriques et opérationnelles.
  • Par ailleurs, l’Équipe Sémiotique des Arts et du Design dirige :
  • une revue à comité de lecture classée « MEI »,
  •  une collection de livres « ImagesAnalyses » aux Publications de la Sorbonne (Avec comité de lecture).
  • – A ceci s’ajoutent les sites webs de référence déjà présentés.

Print Friendly