Journée d’étude : La peinture hors de ses gonds # 2

20-05-2014 par PERROT Antoine

Programme de recherche :  Pratiques Picturales : peindre, regarder, énoncer

Journée d’étude – Jeudi 22 mai 2014

 

 

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

UFR 04

Centre Saint Charles

47 rue des bergers 75015 Paris

Salle 331.

 

Contact : Antoine Perrot, antoine.perrot@univ-paris1.fr

Programme

9h45 > Accueil

MATINÉE

10h00 > Juan Porrero : Willem de Kooning : le « rien » de la peinture moderne.

Cette étude sur l’œuvre du peintre Willem de Kooning s’attache à montrer que l’évolution de la peinture moderne a transformé l’habituel concept de représentation jusqu’à intégrer en son sein de nouveaux contenus iconiques issus de niveaux indiciels de la plasticité. Ce que jadis ne pouvait pas se voir en peinture, ce qu’en peinture n’était « rien », est devenu le signe fondamental de la peinture : le médium lui-même.

10h40 > Véronique Verstraete : Les contours de la peinture

L’irruption du corps physique, que ce soit celui de l’artiste ou celui du spectateur dans l’espace de la peinture, devenue à présent naturelle, a  modifié prodigieusement notre perception de celle-ci et a provoqué des développements différenciés des pratiques. Les sculptures et les installations dans lesquelles le corps du visiteur est impliqué sont plutôt mes domaines d’investigation privilégiés, cependant la peinture est présente dans presque toutes mes pièces. Je me propose d’analyser la réponse plastique que j’apporte à la distance entre le spectateur et mes réalisations artistiques. Notamment, comment cette approche de leur espace commun a fait évoluer l’œuvre vers une perte de son autonomie. Pour éclairer cette modification, je m’appuierai sur quelques œuvres de K. Malevitch, R. Artschwager, ou encore D. Judd, puis j’aborderai cette question dans ma propre pratique.

 

11h20 > Élisabeth Amblard : Pollen et chlorophylle : picturalités végétales

La couleur est une des données premières de la peinture. Sa qualité rétinienne a suscité la méfiance ; elle a de tout temps, aussi, aiguisé l’intérêt. Elle est véhiculée par la lumière et se trouve complètement sous sa dépendance. C’est là sa condition d’existence optique et son principal facteur d’altération physique.

Les pigments, agents colorés de la peinture, sont aujourd’hui principalement synthétiques, oublieux de leurs origines naturelles. Pourtant des artistes tels J.M Sicilia, G. Penone et W. Laib placent le pigment végétal au centre de leurs pratiques artistiques. Comment celui-ci – dans ses ancestrales et contemporaines qualités tonales -, en tant que suc, poudre et molécule, s’inscrit-il dans la perspective des pratiques picturales ? Comment donne-t-il à penser spécifiquement les natures (lumineuses, coloriques et chromatiques, pérennes ou instables) d’une matière vivante à l’œuvre ?

 

APRÈS-MIDI 

 

14h30 > Miguel-Angel Molina – MAM : Répéter les erreurs

De la Peinture comme négociation permanente avec la « catastrophe », j’en suis venu à une pratique qui fait de la catastrophe et des phénomènes périphériques au tableau, une forme plastique. Ma relation à l’histoire de la peinture et à son dispositif frontal, au tableau et à l’extension de son domaine passe par des Tableaux ratés et par des Peintures en forme de flaque de peinture.

Parallèlement, j’ai développé une activité photographique à partir des « images documents » des œuvres, qui s’est étendue à l’atelier et au-delà de celui-ci. Ces images sont devenues un regard distancié sur mon travail qui a favorisé son énoncé.

15h10 > Richard Conte : la peinture mise en ligne

Ayant entrepris de concevoir et de documenter le site internet de ses peintures depuis 1975, Richard Conte est amené à s’interroger sur le statut des pratiques « directes » et de leur présentation.

Revenant sur l’idée d’un « monogramme du peintre », sur le basculement du matériau en matière, le « Flash du kairos » et la comparaison qui devient comparution devant ses propres œuvres, il se posera la question du peindre comme expérience anthropologique à l’épreuve de sa mise en ligne.

16h30 >  Réunion programme de recherche 2014-2015.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email

Du même auteur :

Voici le temps des assassins

janvier 16, 2018

Voici le temps des assassins (stratégies picturales figuratives aujourd’hui) galerie Michel Journiac, Centre Saint Charles, Université Paris 1. ...

Lire la suite +

Stratégies figuratives de la peinture contemporaine

janvier 16, 2018

Journée d’étude – Samedi 3 février – 9h30 – 18h Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – École des arts ...

Lire la suite +

Allumer/éteindre : la peinture confrontée au numérique

octobre 9, 2017

Vendredi 17 novembre, 9h30 – 17h. La Terrasse, espace d’art de Nanterre, 57 boulevard de Pesaro 92000 Nanterre ...

Lire la suite +

Peindre n’est (-ce) pas teindre ?

janvier 4, 2017

« Peindre n’est pas teindre ». Si l’on se réfère aux définitions : peindre serait travailler la matière picturale, manier des outils pour étaler la pâte sur un support tandis que teindre serait ...

Lire la suite +

Ralentir peintures

juin 9, 2016

Ralentie, la peinture ? Ou serait-elle un mode d’action d’une pauvreté généreuse et d’une lenteur volontaire en employant des moyens d’expression simples et efficaces ? Partagée entre un temps continu et un ...

Lire la suite +