Le langage autorisé

10-11-2017 par lyriane

Séminaire  – 15 novembre 2017, 17h-20h
Salle de l’école doctorale 244

Responsable : Christophe Viart

 

Yasushi Nakamura
L’organisation de la figure et du fond en trois trichotomies (icône, indice et symbole) : le cas de Daniel Buren.
L’intervention portera sur l’oeuvre de Daniel Buren. Selon lui, son « outil visuel est utilisé comme une peinture au sens strict du terme » : il est un signe « comme une flèche sur un mur » en « promettant la lecture d’un ensemble [du lieu] ». Son discours insiste sur la notion d’indicialité de son travail. Mais on peut se demander s’il n’y a pas également une part d’iconicité dans notre reconnaissance de son travail. On peut par exemple voir une relation iconique dans les formes géométriques qu’il utilise pour ses interventions in situ.

Daniel Buren, Affichage sauvage, 1968, Paris Oriane Castel

La grille : de la construction d’un espace à la proposition d’un espace à construire. À partir d’un article tout juste terminé et d’un projet d’exposition fini hier, cette intervention marque la fin d’une étape et le début d’une autre. Il s’agit d’un point de vue temporaire sur un sujet amené à se développer. La grille : de la construction d’un espace à la proposition d’un espace à construire. Une réflexion à interroger avec vous, avec aussi Amy Goldin, Rosalind Krauss et Éric de Chassey qui ont théorisé cette forme, avec surtout Piet Mondrian, Agnes Martin, Sol LeWitt et Bernard Piffaretti qui ont contribué à faire de la grille un sujet.

François Morellet, 2 Trames de Tirets 0° 90°, 1974
Anna-Maria Le Bris

Évènement, projection, fiction : l’image-matériau en question
En m’appuyant sur les réflexions et écrits d’artistes et d’écrivains, il s’agira d’interroger les relations entre réalité et fiction, texte et image, évènement et émotion – à travers des processus de projection sur une image déjà-là. Seront ainsi analysés les romans L’Invention du monde d’Olivier Rolin et Autour du monde de Laurent Mauvignier, des oeuvres d’Ali Cherri et de Sirine Fattouh, ainsi que l’exposition collective Á fendre le coeur le plus dur et TH.2058 de Dominique Gonzalez-Foerster. Par la diversité des images préexistantes utilisées, ainsi que les différents
positionnements qu’elles engendrent, sera également posée la question de l’expérience collective des images d’évènements. La bibliothèque de Holland House à Kensington, Londres, après un raid aérien, 1940
René Descartes, Traité de l’homme, 1664

Print Friendly
Print Friendly

Du même auteur :

Les enseignements de la conférence dans l’art (2e volet)

18 septembre 2017

Samedi 7 octobre 2017 de 9h30 à 18h00 Musée de la Chasse et de la Nature 62 rue ...

Lire la suite +

Séminaire doctoral LE LANGAGE AUTORISÉ

10 septembre 2017

13 septembre 2017, 17h-20h Salle de l’école doctorale 244 Responsable : Christophe Viart École doctorale 279 APESA Université ...

Lire la suite +

Séminaire Le Langage autorisé – 14 juin 2017

13 juin 2017

14 juin 2017, 17h-20h Salle de l’école doctorale 244 Patrick Pleutin « Les archives sont les poubelles des ...

Lire la suite +

Séminaire Le Langage autorisé – 18 mai 2017

13 juin 2017

Florence Jou « Dans le cadre du séminaire Le langage autorisé, je vais prendre appui sur un projet ...

Lire la suite +

Publications sur les écrits d’artistes

22 mars 2017

Correspondances d’artistes : du brouillon à la lettre ouverte Ce livre, qui découle d’un séminaire mené à l’Université ...

Lire la suite +