Recherches en Esthétique n° 23 « Art et action »

25-03-2018 par lyriane

Recherches en Esthétique n° 23

« Art et action »

 

Editorial

 

La création artistique, envisagée à la fois comme pensée et comme acte, est liée à la notion d’action. Lors de la création, la pensée et le corps sont tous deux convoqués. L’action est ce qui donne naissance à l’œuvre, elle est un acte producteur de quelque chose qui n’existait pas auparavant.

Le geste peut être retenu, précis, même infime, ou peut au contraire engager totalement le corps de l’artiste comme dans les gestes de destruction d’Arman donnant lieu à ses célèbres Colères, ou encore dans les performances de Murakami Saburō (membre fondateur du groupe japonais Gutaï) traversant de grandes feuilles de papier successives tendues sur cadres.

À partir des années 1960, les artistes plaçant le corps au centre de leur création furent nombreux. Les Actionnistes viennois ou les artistes du Body Art actualisèrent et radicalisèrent le recours au corps, devenant support malmené, maltraité, mis à l’épreuve, parfois jusqu’aux limites du risque, jusqu’à l’ultime.

Si l’action concerne donc le créateur, elle peut également concerner l’œuvre elle-même. En effet, certaines produisent une action, elles agissent, accomplissent un mouvement. Tel est le cas, par exemple, des cercles en rotation de Marcel Duchamp filmés en 1926 (Anemic Cinema, by Rrose Sélavy), des machines animées de Jean Tinguely, en particulier ses machines à dessiner nommées Méta-Matics, ou encore les œuvres d’art cinétique dont une partie est en mouvement grâce à l’intervention d’un moteur, du vent ou de l’action du spectateur.

L’action peut également impliquer le public. Le spectateur traditionnellement considéré comme passif, du moins cantonné à son statut de récepteur de l’œuvre, peut à son tour devenir actif comme dans le cas de pratiques qui le sollicitent, au point de l’intégrer dans le dispositif de création, voire en faire un moteur de celle-ci. Le public change alors de statut et devient acteur. Évoquons les œuvres d’art interactives qui font appel au spectateur et qui réagissent en fonction d’un environnement ou de l’action du public. Ces installations ont généralement recours à l’informatique et à des capteurs. Le public et la machine sont dans un dialogue en temps réel qui contribue à créer une œuvre d’art.

Frank Popper dans Art, action et participation faisait remarquer que depuis les années 1965 la notion d’environnement et les pratiques artistiques qui en sont issues avaient pris beaucoup d’ampleur, et que conjointement, la participation du spectateur était devenue de plus en plus importante. Depuis, la tendance soulignée par Frank Popper s’est confirmée et développée. Au tournant du XXIe siècle, l’on observe des pratiques, des « gestes artistiques » qui débordent nettement du cadre artistique habituel pour s’engager dans des actions collectives, participatives, souvent en lien avec des questions sociétales, voire politiques, où chacun participe à et de l’évènement, brouillant ainsi la frontière traditionnelle entre le créateur et le public. Il s’agit souvent de pratiques éphémères qui échappent au monde de l’art institutionnalisé, transgressent les codes traditionnels de l’art et obligent sans cesse à redéfinir les notions d’art et d’œuvre d’art.

 

Achat du numéro n° 23

Caractéristiques du numéro : format 21 x 29,7 cm, 262 pages plus un cahier couleur de 8 p.

 

Sommaire

Éditorial : Dominique BERTHET

I –  Création et action

Marc JIMENEZ, entretien avec Dominique BERTHET, L’art-action : entre praxis et performatif

Frank POPPER, Actions créatrices

Christian RUBY, L’inachevable exercice esthétique

Martine BOUCHIER, L’esthétique en action

Christophe GENIN, Le temps de l’action

Dominique BERTHET, Création, corps et action

Isabel NOGUEIRA, Art, action et non-action : « I would prefer not to »

II – Cinéma, photomontage, littérature

Dominique CHATEAU, L’action poïétique et l’action structurelle. Notes sur un film de Youssef Chahine : Le Caire, raconté par Youssef Chahine (1991)

Valentine PLISNIER, L’art africain : de la réception esthétique à l’action politique dans le photomontage. Hannah Höch, Mieczyslaw Berman et Maud Sulter : trois artistes, trois époques

Samia KASSAB-CHARFI, Visions de l’art aux antipodes : Pascal Quignard et Marguerite Yourcenar

III – Figures de l’action

Marie-Noëlle SEMET, Le geste artistique mis en scène : éclat de l’action, actions en éclats

Aline DALLIER, Art et actions féministes

Frédéric LEFRANÇOIS, De la performance à la re-performance : échos de corps en action Christophe VIART, Figures de l’attente

Hugues HENRI, Brésil, 1960-2010 : approches du corps à l’œuvre, avec implications du public

Marion HOHLFELDT, Venez créer vous-mêmes. L’art action dans l’œuvre de Jean Tinguely au tournant des années 1960

Hélène SIRVEN, Action lente. L’Œuf de Poincheval

Claire CHESNIER, entretien avec Mathieu FRANÇOIS du BERTRAND, La magnitude du geste

IV – Art et actions dans la Caraïbe et à la Réunion

Aude-Emmanuelle HOAREAU, Jack Beng-Thi : sculpter le corps du soulèvement

Patricia DONATIEN, Mendive : les pouvoirs de l’action artistique rituelle

SENTIER, Quelques considérations à propos des champs d’action des artistes à la Martinique

Marvin FABIEN, Festival International d’Art Performance (FIAP) 2017. La projection multiple de l’œuvre en action : la place des nouveaux médias dans l’art performance

Scarlett JESUS, Les fresques murales de B Bird ou quand l’art fait le mur

Marvin FABIEN, entretien avec Dominique BERTHET, Culture Bouyon et nouveaux médias

V – NOTES DE LECTURE