AMITIER – Conduction study#2 (discrete relationships mix), pour céramiques et électronique

14-10-2017 par lyriane

L’amitié est subversive. Particulièrement quand l’amitié posthumaniste s’impose, quand les réseaux sociaux se font les entremetteurs, comme autant de machines à produire de l’amitié. Certes, j’ai un nombre considérable d’amis sur Facebook, plus que je ne pourrais jamais en recevoir. Mais je ne suis qu’une face, un visage que j’entretiens et que je donne à l’algorithme. Mes amis produisent à leur tour leur visage, face à face sur notre « mur blanc », nous devenons peer to peer, un maillon de la chaîne communicationnelle s’établissant dans la communauté d’ami de notre réseau. Une performance au contraire n’est pas un home page. Elle dit : « il est urgent que nous devenions amis »(soucieuse de la place du spectateur et de l’auditeur). Elle prépare une rencontre empirique, où les machines se cassent, où les signes vacillent, où l’on donne autant que l’on reçoit, où l’on emprunte autant que l’on détruit. Une invitation à des relations discrètes (au sens mathématique du terme).

Bio

http://mathevetf.wixsite.com/frederic-mathevet

« Rien n’est écrit dans le marbre !» : tel est le leitmotiv qui parcourt le travail artistique de Frédéric Mathevet. Dessins, matières sonores et signes se chahutent dans l’atelier. L’œuvre, qui ne peut alors être que nomade, devient un espace centrifuge de métamorphoses, de confrontations et de contaminations. Couture, métissage et rhapsodie sont les gestes poétiques privilégiés de ce méta-atelier auscultant notre « grand cluster vivant ». Musiques vagabondes, installations sauvages (mais qui respectent leur milieu), dessins et écritures au diapason d’un présent comme il tombe, attaquent à la face puis esquivent par retrait du corps ; la mémoire collective, l’identité et l’uniformisation mondiales promues par une loi de marché globalisante et toutes les sémiocraties en vigueur escampent ! Les œuvres de Frédéric Mathevet veulent remettre sur le chantier notre façon d’habiter le monde. Parce qu’un autre monde sensible est possible. Plasticien sonore ouvert à tout polymorphisme, à toute mutabilité, il se définit lui-même comme un « bricoleur » enchevêtrant les supports qu’ils soient numériques, picturaux ou sonores, comme le vecteur d’un langage plastique indocile, autrement dit, qui « résiste à l’apprentissage des signes et remet sans arrêt l’arbitrarité et l’inégalité des signes qui construisent le réel ».

Frédéric Mathevet a notamment publié Deux manuels d’arts plastiques, dont le second numéro est consacré au cas particulier de la musique (http://manueldartsplastiques2.lautremusique.net/) et a participé à de nombreuses expositions à Paris, Montreuil, Toulouse, Londres (The engine room, Morley Gallery), Athens, Leeds (International festival for artistic innovation), Aberdeen, Madrid. Il y a donné plusieurs performances multimédias sonores et visuelles dont Faire la peau 2 pour un bodhràn (Le Musée National Marc Chagall, La Ferme du Buisson), Rec-u-Aime pour un violoncelle, une mezzo-soprano et une tricoteuse (La Ferme du Buisson, Le Château de Plaisir), Once Upon A Time Fukushima pour saxophone baryton (Petit Bain, Divan du monde, Espace Khiasma), The Exorcist-Antiphon Dub pour récitant, piano préparé et basse (Cité du Cinéma), Forbiden Colors (Throught a body) pour 3 X-ray vinyls au Cube (Le Cube, Centre de Création numérique), Maqam pour Oud et électronique ( festival SonADA, Ecosse), Shamanic Exsude pour Bodhràn, électronique et scratch (Musée des Arts et Métiers).

Il est chercheur associé à l’institut ACTE (UMR 8218) à Paris I (CNRS). Docteur es arts et agrégé d’arts plastiques, il est co-rédacteur en chef de la revue en ligne L’Autre musique et du laboratoire du même nom qui entremêle chercheurs et praticiens : lautremusique.net

 

 

Print Friendly
Print Friendly

Du même auteur :

AMITIER – Rencontre phonésique entre deux amis artistes Anatoli Vlassov et Matthias Hermann

octobre 12, 2017

Nous échangeons sur beaucoup de choses depuis plusieurs années. Nous partageons nos petites et nos grandes histoires, nos ...

Lire la suite +