REACTIVATION OUEST-LUMIERE

12-04-2018 par Yann TOMA

 

09 mars 18 – 28 avril 8
Vernissage 09 avril 2018

immanence
21, Avenue du Maine / fond de cour
75015 Paris – +33 (0) 1 42 22 05 68

http://www.art-immanence.org

www.ouest-lumiere.org

http://www.paris-art.com/yann-toma-immanence-reactivation-ouest-lumiere/

http://transverse-art.com/oeuvre/ouest-lumiere

 

[ART&FLUX] Pour la première fois, Yann Toma expose un grand nombre des documents, objets et traces issues de la première période de sa démarche qui débuta dans les années 90. En 1991, Yann Toma occupe la sous-station EDF de Puteaux et découvre l’ancienne usine d’électricité Ouest-Lumière qui produisait des centaines de milliers de volts et en assurait la distribution publique de l’électricité aux communes de l’Ouest parisien. L’ancienne usine Ouest-Lumière commence progressivement à être démolie. Yann Toma assistera à cette longue destruction qui dure plusieurs années. Il en sauve ses archives, certains objets : ampoules, compteurs ou encore dossiers administratifs d’ouvriers, dans la perspective de « mettre en scène une nouvelle réalité de l’objet devenu déchet ; objet/reflet du passage de milliers de corps d’ouvriers », précise-t-il. Inspiré par Michel Journiac, il rachète officiellement le nom et la marque à l’INPI, fondant ainsi son entreprise-artiste en devenir, et réactive le lieu, les archives et l’ancienne compagnie d’électricité Ouest-Lumière en la réaffectant à une nouvelle fonction, celle de produire et de distribuer de l’énergie artistique (EA).

« L’un des premiers aspects de sa démarche artistique a consisté à utiliser ce matériel afin de créer des installations dans les lieux indépendants du monde industriel, cherchant ainsi à illustrer à sa manière la notion warburgienne de Nachleben dans son acception de « résonance » ou encore de « continuité d’un héritage » ; ici l’héritage de l’Usine et de sa Vie pour lutter contre l’oubli. (…) Son travail a tout d’abord été un acte rituel avant d’être à proprement parler un acte plastique. L’Usine est devenue la substance intellectuelle et matérielle de son activité. Il s’agissait pour Toma de porter un regard tant archéologique qu’ethnologique sur ce lieu et ses objets, car il n’en resterait bientôt plus rien, excepté la mémoire du lieu qu’il pensait déjà faire revivre par l’intermédiaire d’installations lumineuses. » (Valérie Da Costa)

D’une typologie des lieux à une typologie des matériaux : la mémoire de l’ancienne compagnie d’électricité Ouest-Lumière apparait en charge d’un devenir de Ouest-Lumière réactivée, au-delà de son passé industriel, voire au plus proche d’un questionnement sur le devenir de notre société.

Print Friendly
Print Friendly

Du même auteur :

Conférence Maif Social Club- L’IA comme extension de la vie ?

avril 17, 2018

Conférence Maif Social Club Mercredi 18 avril de 18h à 20h. Equipe de recherche Art&Flux (ACTE) Maif Social Club- 37 Rue de Turenne 75004 « L’IA comme extension de la vie ...

Lire la suite +

La philosophie esthétique d’Édouard Glissant

avril 16, 2018

La pensée esthétique d’Édouard Glissant   Petite salle – Centre Pompidou, Paris – Entrée libre dans la limite ...

Lire la suite +

PENSER / CRÉER EN DÉROUTE-Florent PERRIER – Au revers de l’art : de la déroute à la « poche de résistance »

avril 16, 2018

 PENSER / CRÉER EN DÉROUTE sous la direction de François Noudelmann et de Yann Toma Lundi 16 avril ...

Lire la suite +

« L’art au-delà du digital » de Dominique Moulon

avril 12, 2018

L’art au-delà du digital par Dominique Moulon Lancement du livre Jeudi 12 avril 2018, à 18h30 Auditorium – ...

Lire la suite +

Barbara Anna Husar-KOSMISCHE SEXUALITÂT

avril 12, 2018

  Du 10 avril au 9 mai 2018​ Vernissage le 9 avril 2018​ www.sorbonneartgallery.com  [ART&FLUX] Barbara Anna Husar ...

Lire la suite +